Suivre atypie.ch
line, le 23 Sep 2020

Chemise Rouille


Couture

Cette fois-ci je vous retrouve avec une nouvelle cousette dont je suis plutôt fière. En effet, j’ai effectué beaucoup de modifications sur le patron de base pour arriver au résultat dont j’avais envie.

 

 

Réalisation et modification :

Je suis donc partie du patron de la chemise Mélilot de Deer and Doe, version manches courtes, coupée en taille 40. J’aime beaucoup les manches un peu tombantes qui se terminent par un revers. Mais je n’aimais pas spécialement le col et j’avais envie de quelque chose de plus décolleté sur cette chemise d’été. Ainsi j’ai complètement modifié l’encolure en reprenant celle de la vintage shirt dress de Sew Over It.

En résumé, j’ai assemblé à plat les épaules dos et devant, j’ai ensuite décalqué la forme de l’encolure de la vintage shirt dress (en ayant aussi assemblé à plat les épaules dos et devant).

Autre modification, la forme de l’ourlet du bas est moins prononcée que sur le patron original. La forme proposée dans le patron d’origine ne me met pas du tout en valeur, car cela fait ressortir mes hanches. J’ai repris la forme de celui de la blouse Suun de Pm-Pattern, dont j’aime le tombée, juste en dessus des hanches.

J’ai passé quelques heures a patronné tout cela et j’ai cousu une toile pour valider mes modifications.

Niveau réalisation, j’ai suivi à la fois les explications du livret de Mélilot et de la Vintage Shirt Dress suivant les étapes. J’ai pris beaucoup de plaisir à la coudre cette chemise.

J’avais ajouté une poche sur le devant, mais je l’ai décousu car cela ne me plaisait pas.

 

 

Sources tissu et mercerie :

Pour le tissu, j’ai choisi un lin couleur rouille (Rust) de chez Merchant and Mills. Il est de poids moyen (185 gr/m2), parfait pour se projet. Pas beaucoup plus d’information concernant ce tissu, si ce n’est qu’il est fabriqué en Europe et certifié Oeko-Tex. Les lins de Merchant and Mills sont distribués par de nombreuses merceries en ligne en Suisse (lillyparis, Yingdesign, etc).

Le métrage nécessaire pour ma chemise est de 1m35 (largeur 1m40).

Pour les boutons, je suis allée chercher mon bonheur dans parmis les trésors de la Materiotek-Mercerie à la Chaux-de-fonds. Grâce aux précieux conseils de la gérante, je suis repartie avec les boutons parfaits. Ils sont en corne, des années 1930. J’ai toujours tellement de plaisir à visiter cette mercerie. J’en apprend à chaque fois davantage sur les matériaux utilisés, la fabrication des boutons, etc. Et surtout, les conseils sont toujours bien avisés et chaque fois, nous trouvons la perle ou le bouton rare qui sublime mes projets couture.

 

 

Point garde-robe durable :

J’ai trouvé mon patron de chemise d’été parfaite. J’aime son style avec l’encolure tailleur. Les emmanchures tombantes sont parfaites pour laisser passer l’air lorsqu’il fait chaud. La couleur rouille ma va bien et me donne bonne mine. Le lin est un tissu qui vieillit bien normalement.

 


1 commentaires - commenter

line, le 09 Jul 2020

Elegy coloré


Couture

 

Nouvel article aujourd’hui pour parler d’un petit haut qui me plait énormément. Il s’agit d’un modèle de la marque Mimoï pattern. C’est le petit top Elegy, qui est aussi déclinable en robe. Ma sœur a eu la gentillesse de prendre des photos dans un pré des Franches-Montagnes, lors d’une balade. Merci beaucoup !

 

 

Réalisation et modification :

Le patron est disponible seulement en PDF et l’étape découpage/collage n’est pas ce qui me plait le plus. Mais ce patron me faisait de l’œil et j’ai décidé de me lancer. J’ai donc cousu la version petit haut à larges bretelles sans y apporter de modification, mise à part que j'ai coupé le bas du dos en une seule pièce au plis. J’ai trouvé les explications claires et bien détaillées. Il est même proposé deux variantes concernant les finitions intérieures. J’ai d’abord essayé la version dite « le mieux fini », mais j’ai dû me tromper à un moment, car je n’arrivais pas au résultat voulu. Finalement, j’ai défait et assembler ma doublure de manière standard. Je l’ai ensuite cousu aux marges de couture à l’intérieur. Pour ma prochaine version, il faut que je raccourcisse un peu les bretelles et aussi réduire un peu la pièce devant au niveau des aisselles.

 

 

Sources tissu et mercerie :

Le tissu est un magnifique lin lavé dans les coloris ocre, violet et vert pétrole. Il n’est pas bio, mais fabriqué en Europe, en Lithuanie. Il est assez épais (265gr/m2) et j’ai choisi de doubler mon haut avec un autre tissu. J’ai trouvé ce lin sur le site internet d’Atelier Goldfaden (à Berne, en Suisse).  Je recommande ce site, car on peut aussi commander des échantillons et c’est vraiment utile pour voir la couleur avant commande. J’aime son choix de matières naturelles : coton, lin, chanvre, ramie, soie. La sélection me plait vraiment beaucoup et j'ai encore acheté d'autres tissus que j'ai hâte de coudre.

Pour la doublure, j’ai utilisé le tissu d’une chemise en coton et soie, que ma sœur m’a donné car le tissu se déchirait à certains endroits et cela n’était plus réparable. J’ai juste eu assez de tissu pour découper ma doublure.

 

 

Point garde-robe durable :

Ce petit haut est tellement agréable à porter lorsqu’il fait chaud que je l’ai toujours sur le dos. Le tissu s’adoucie lorsqu’il est porté et le lin est bien respirant. La doublure est douce et parfaite au contact de la peau. Sinon niveau tissu, j’aime énormément les coloris ! Ce patron est vraiment bien, car il ne demande pas beaucoup de métrage (encore moins qu'indiqué, si on double avec autre chose). Ainsi, j'ai pu me faire plaisir et choisir un tissu un peu plus onéreux. 


0 commentaires - commenter

line, le 21 Jun 2020

Robe Violette dans les prés


Couture

 

Je suis ravie de présenter la dernière robe que j’ai cousue : il s’agit du patron Violette de République du chiffon. C’est un modèle de la collection de l’été dernier et j’avais vraiment adoré cette robe. Elle est très féminine avec les fronces et volants, mais elle reste confortable et simple à porter.

 

 

Réalisation et modification :

J'ai choisi de coudre la version longue, avec trois volants. Comme je suis plus grande que la stature indiquée dans les patrons, la robe m'arrive aux genoux. Pour la jupe, je n’ai pas exactement suivi les explications du patron. J’ai fait les fronces sur mes volants sans les assembler ensemble. J’ai ainsi crée un panneau devant et un pour le dos, que j’ai terminé par assembler par les côtés. Ainsi, j’ai évité d’avoir des volants trop longs à froncer. 

 

 

Sources tissu et mercerie :

J’ai choisi une double-gaze de chez Hysope Tissus, elle est lisse et l’épaisseur est parfaite pour une robe d’été. Ni trop épaisse, pour être au frais, ni trop fine, pour ne pas être transparente ! Le poids est de 130g/m².

L’an passé, j’avais commandé de petits échantillons de différents coloris et j’ai retenu Marsala : un joli bordeau-rouge. L’un des fils du tissage est blanc et l’autre coloré et cela donne de magnifiques reflets ! Selon ce que j’ai pu lire sur le site c’est un « Tissu en coton 100% biologique, sans pesticide ni produit nocif pour la santé et pour la nature. Réalisé dans le respect des travailleurs et de l'environnement. Tissage et design français. »

Comme j’ai pu comprendre, pour l’instant la marque Hysope tissus n’est pas certifiée GOTS.

 

 

Un des avantages de ce patron est qu’il n’y a pas de système de fermeture (bouton ou glissière), car la robe est un peu large et resserrée par un élastique à la taille. Il faut un peu de biais pour terminer l’encolure et les emmanchures. Pour ma part, j’ai utilisé un reste de biais Liberty et un biais rouge acheté en brocante. Je n’avais pas de fil avec la couleur exact pour faire des coutures et ourlets visibles, alors j’ai fait des coutures invisibles à la main.

 

 

Point garde-robe durable :

C’est une robe qui sera agréable à porter lors des grandes chaleurs de l’été. Je pense avoir bien fait de choisir un tissu uni, car avec toutes les fronces de la jupe cela peut vite devenir trop chargé. La qualité de cette double-gaze est très bien, elle a de jolis reflets suivant la lumière.


3 commentaires - commenter

Line, le 08 May 2020

Suun ocre


Couture

Dans ma garde-robe, je manque de jolies blouses à porter au quotidien. Après avoir vu tant de belles versions de ce patron sur instagram, je me suis lancée moi aussi. Il s’agit du modèle Suun de la marque PM-Pattern. Je n’ai pas été déçu du patron et les éloges que j’avais pu en lire sont méritées. Comme j’ai beaucoup aimé la qualité du patron et des explications, je n'hésiterais pas à acheter d'autres modèles de la marque.

 

 

Réalisation et modification : 

La particularité de ce patron est ce magnifique décolleté souligné par un passepoil. J’avais envie de manches ¾ et j'avais dans l’idée d’ajouter une finition en goutte avec une bride et un bouton. Pour me faciliter la tâche j’ai adapté le poignet de la robe Irenes de la marque allemande Lotte und Ludwig sur mon patron de manche. J’ai suivi les explications du poignet du patron et je m'en suis bien sortie. Bien que j’ai dû m’y prendre à deux fois, car au départ ma manche était trop serrée. Par chance, j’avais assez de tissu et j’ai pu couper une seconde paire de manches. 

 

 

Sources tissu et mercerie :

Pour le tissu, j’ai craqué pour cette double-gaze de coton de chez Atelier Brunette, J’ai choisi le tissu « stardust ochre ». Elle a l’avantage d’être légère (poids de 140gr/m2)  Les coloris disponibles dans cette collection correspondent complètement à ma palette. Mon tissu a été fabriqué en Inde et est certifié Oeko-tex. Honnêtement, c’est un coton traditionnelle. La certification Oeko-tex étant à mes yeux très faible. Mais il faut bien avouer qu’Atelier Brunette propose des coloris et motifs vraiment uniques. Difficile de trouver quelques choses d’équivalent du côté des marques certifiées GOTS. L’autre avantage de la gamme est qu’il y a la mercerie assortie. Je trouve cela très intéressant de pouvoir commander directement biais, bouton et fermeture à glissière dans le bon coloris. Par exemple, pour terminer mes manches, j’ai utilisé le biais assorti. C’est très pratique, car il n’a pas de pois doré et cela le rend plus facile à travailler. J’ai encore fait deux boutons recouverts avec mon tissus, avec du matériel qui me restait. 

 

 

Point garde-robe durable : 

La forme de ma nouvelle blouse me plait beaucoup. Elle n’a pas de pince poitrine, mais comme elle se porte un peu large ce n’est pas un problème. Le colori ocre est vraiment un basique pour moi. Je trouve qu’il me donne bonne mine. J'ai un peu soucis que les pois du tissu brodé en doré ne tiennent pas dans le temps. Pour mettre toutes les chances de mon côté, je lave ma blouse dans un filet, avec un programme "linge délicat". 


2 commentaires - commenter